Avez-vous enfin trouvé la maison de vos rêves? Votre nouvelle maison de vacances? Ou peut-être un nouvel immeuble de placement? Pour vous guider à travers ce processus, nous partageons avec vous les 6 étapes à prendre en compte avant et après l'achat.

Acheter une maison étape par étape

ÉTAPE 1:

Obtention du numéro d'identification fiscale (NIF)

Pour acquérir une propriété au Portugal, ce processus étant soumis au paiement des taxes, il est nécessaire que vous vous enregistriez auprès de l'administration fiscale afin d'obtenir son numéro d'identification fiscale.

Le numéro d'identification fiscale est un numéro exclusivement destiné au traitement des informations fiscales et douanières. Il peut être demandé à tout moment par tout citoyen, résident ou non sur le territoire national.

Vous pouvez l'obtenir auprès de n'importe quel centre de services de l'administration des impôts et des douanes ou aux guichets des magasins des citoyens qui offrent ce service.

 

Documents requis et exigences:

Si vous êtes citoyen européen:
- Document d'identification civile ou passeport
- Preuve de l'adresse dans le pays d'origine (facture pour l'eau, l'électricité, le gaz, etc.)

 

Si vous êtes ressortissant d'un pays tiers:

- passeport
- Preuve de l'adresse dans le pays d'origine (facture pour l'eau, l'électricité, le gaz, etc.)
- Obligation d'avoir un représentant fiscal (tout citoyen portugais ou toute entreprise ayant son siège au Portugal)

ÉTAPE 2:

Documention Juridique

Avant de commencer le processus d’achat de votre nouvelle propriété, vous devez garder à l’esprit toutes les documentations juridiques concernant la propriété ainsi que la légitimité du vendeur. Dans la liste qui suit, nous présentons les documents à prendre en compte:

 

i) Registre foncier - Document délivré par les autorités fiscales et douanières, comprenant notamment les données suivantes: identification et localisation du bien, zones du bien, valeur fiscale des biens (aux fins de l'impôt), informations sur les exemptions éventuelles les titulaires, selon la situation.

 

ii) Certificat du registre foncier (ou certificat de contenu) - Document délivré par le registre foncier contenant des informations sur: l'emplacement et la composition de la propriété, les propriétaires, les privilèges ou charges éventuels (hypothèque, saisie, servitudes , usufruit, etc ...).

 

iii) Licence d'utilisation - Document délivré par l'hôtel de ville où se trouve la propriété, certifiant que la propriété a été inspectée et qu'elle est dans les conditions requises par la loi pour être habitée. Dans le cas d'un bâtiment avant 1951, ce document n'est pas obligatoire.

 

iv) Certificat énergétique - Document délivré par des techniciens agréés par ADENE (Agence nationale de l'énergie), qui évalue l'efficacité énergétique d'une propriété sur une échelle de A + (très efficace) à F (inefficace).

 

v) Dossier technique du logement - Document descriptif des principales caractéristiques techniques et fonctionnelles d’un bien immobilier. Il est obligatoire pour les biens immobiliers ayant subi des travaux de reconstruction, d’agrandissement ou de transformation après le 30 mars 2004.

 

vi) Déclaration de non-dette vis-à-vis de la copropriété - Si vous souhaitez acquérir une propriété insérée dans un immeuble situé sous une propriété horizontale, vous pouvez demander ce document au propriétaire, afin de garantir qu'il n'y aura aucune dette envers la copropriété avant cette date.

ÉTAGE 3:

Le contrat d´achat et de vente à ordre

Après vérification de toute la documentation légale de la propriété et de la légitimité du vendeur, nous passons à l'étape suivante: la signature du contrat de promesse d'achat et de vente. Ce contrat est essentiel, bien que non obligatoire, pour assurer l’achat de votre future propriété. Il s’agit d’un document signé par les deux parties (acheteur et vendeur) qui réglemente et protège les droits et obligations de chacun jusqu’à la date de conclusion de l’accord définitif.

 

Les éléments suivants doivent être inclus dans le contrat d’achat et de vente:

- identification des parties (nom complet, état civil, numéro d'identification civile, numéro d'identification fiscale et adresse);

- l'identification de la propriété (y compris l'existence de pièces liées à la propriété, telles que le garage et la collection, par exemple, la description de la propriété, l'enregistrement dans la matrice et la licence d'utilisation correspondante (le cas échéant);

- Indiquer si des charges ou des charges sont à la charge de la propriété;

- Prix d'achat et de vente et mode de paiement;

- Indication du montant donné sous forme de signal (généralement entre 15% et 20% de la valeur d'acquisition);

- Indication que la propriété sera transmise sans aucuns frais ou charges;

- Date limite pour la conclusion du contrat final;

- Indication des sanctions à appliquer au cas où l'une des parties ne remplirait pas la promesse contractuelle d'achat et de vente.

Remarque: La promesse d'achat et de vente doit contenir la signature de la signature des parties.

ÉTAPE 4:

Coûts et taxes avant et après l´achat

1º Frais de notaire: Les frais de notaire peuvent varier d'un notaire à l'autre. Ils doivent être payés au notaire par l'acheteur prometteur, peu après la conclusion du contrat d'achat et de vente définitif.

2º IMT (Taxe sur les transmissions onéreuses de biens immobiliers): Le calcul de cette taxe dépend de plusieurs facteurs, à savoir:

- Localisation du bien (régions continentales ou autonomes)
- Si le bien est destiné à un logement propre ou permanent ou secondaire
- Affection (s'il s'agit d'une propriété pour le logement, le commerce, etc ...)

 

Remarque: Le calcul de cette taxe est basé sur le montant le plus élevé de deux montants: valeur d'acquisition ou valeur nette d'impôt, et doit être payé et payé par l'acheteur prometteur avant la conclusion du contrat d'achat et de vente final.

 

3º IS (taxe de timbre): Cette taxe est perçue sur tous les actes et contrats, y compris les transferts gratuits de marchandises. L’acquisition d’une propriété entraîne l’application du taux de 0,8% sur le montant le plus élevé de deux montants: valeur d’acquisition ou valeur nette d’impôt, et doit être payée et payée par l’acheteur prometteur avant la conclusion du contrat final d’achat et de vente.

 

4º IMI (Taxe municipale sur la propriété): taxe prélevée sur la valeur imposable des bâtiments urbains et ruraux situés sur le territoire national. Cette taxe est due par le propriétaire, l’usufruitier ou le propriétaire de la surface du bien au 31 décembre de l’année à laquelle elle se rapporte, variable en fonction de la commune où il est situé. Les taux suivants sont appliqués: entre 0,3% et 0,5% pour les bâtiments urbains et 0,8% pour les bâtiments rustiques.

 

Remarque: les IMT et IMI peuvent être exemptés dans des cas spécifiques prévus par la loi.

ÉTAPE 5:

Le contract d'achat et de vente définitif

(acte de vente)

Outre les documents mentionnés à "Étape 2 - Documentation juridique", les documents suivants sont encore nécessaires pour l'écriture:

 

Le vendeur
- Pièces d'identité civiles et fiscales
- Distract bancaire (si l'hypothèque est enregistrée)
- Déclaration d'exercice du droit de premier refus (le cas échéant)
Acheteur
- Pièces d'identité civiles et fiscales
- Preuve de paiement IMT
- Preuve de paiement IS
- Chèque bancaire au montant restant à l'ordre du propriétaire

Outre les documents mentionnés à "Étape 2 - Documentation juridique", les documents suivants sont encore nécessaires pour l'écriture:

 

Le vendeur
- Pièces d'identité civiles et fiscales
- Distract bancaire (si l'hypothèque est enregistrée)
- Déclaration d'exercice du droit de premier refus (le cas échéant)
Acheteur
- Pièces d'identité civiles et fiscales
- Preuve de paiement IMT
- Preuve de paiement IS
- Chèque bancaire au montant restant à l'ordre du propriétaire

ÉTAPE 6:

Assurance

L'achat d'un bien immobilier implique la souscription obligatoire d'une assurance couvrant les risques d'incendie de la maison et, le cas échéant, des parties communes (toiture, escaliers, ascenseurs, garage, etc.). Si vous préférez, vous pouvez toujours opter pour une assurance multirisques, bien que cela ne soit pas obligatoire. Cette assurance a une portée plus large et peut inclure des risques de dommages causés par des tremblements de terre, des inondations, des tempêtes, des vols ou des vols. Si vous utilisez un prêt hypothécaire, l’institution bancaire exige généralement que certaines assurances soient contractées. Parmi eux, on trouve l'assurance-vie du débiteur dont le bénéficiaire est la banque. De plus, comme la propriété sert généralement de garantie pour le prêt, la banque exige également une assurance multirisques afin de protéger la maison des dommages éventuels.

LES INFORMATIONS DISPONIBLES NE JETENT PAS LA CONSULTATION DE DROIT APPLICABLE

ATTENTION Ce site utilise des cookies. En naviguant sur le site, vous consentez à son utilisation. En savoir plus sur le utilisation des cookies.

AccepterComment configurer